Visite d'entreprise : Groupe TF1

Les étudiants du Master D2A ont eu le plaisir d'être reçus par le Groupe TF1 le mardi 13 janvier 2014. Au programme : rencontre avec plusieurs professionnels et échange sur les opportunités de stage avec le service des ressources humaines.

 

tour-tf1

 

L'après-midi a débuté avec l'intervention de Cécile Monthiers, Directrice adjointe des ressources humaines et des relations écoles du groupe TF1, qui a présenté les chiffres clefs du groupe, les moments forts de son histoire ainsi que la dernière campagne de la chaîne : "Partageons des ondes positives".

 

Fanny Levy, diplômée du Master D2A et aujourd'hui en poste chez TF1 Films Production, nous a ensuite parlé de son parcours et des différents types de métiers chez TF1 Films Production : de l'accueil et la sélection des projets, jusqu'au suivi d'exploitation, en passant par la phase de négociation.

 

Les enjeux du département du Développement du groupe TF1 nous ont été présentés par Angélique Tessier, avocate et diplômée du Master DI2C. Le parcours d’Angélique Tessier est un bel exemple des possibilités de mobilité au sein du groupe, puisque d'ancienne responsable juridique à TF1 Digital puis TF1 Antenne, elle effectue aujourd'hui des missions opérationnelles au service diversification de la direction du développement.

 

L’après-midi s’est poursuivie avec l’intervention de Mélanie Monsaingeon, Directrice du Marketing antenne. L'objectif de cette direction est de piloter les activités de l'antenne à court et long terme via des recommandations opérationnelles. Pour cela, les outils utilisés sont ceux de la prospective et de la veille, ainsi que les études quantitatives d'audience et les études qualitatives.

 

Christelle Leroy, du département Digital Interactivité Programmes (e-TF1), a également exposé les enjeux de son métier au sein de ce département, notamment l’interactivité antenne payante et l'acquisition de droits nouveaux médias pour les programmes de flux.

 

Enfin, Sébastien Frapier, le Directeur juridique du Groupe TF1, a offert aux étudiants une intervention stimulante composée de 8 idées-clefs pour maximiser leurs chances d'obtenir un stage ou un emploi.

 

La journée s'est terminée avec un échange autour des opportunités de stages avec les ressources humaines.

 

Les étudiants du Master D2A remercient vivement le Groupe TF1 ainsi que tous les intervenants pour cet après-midi riche en échange.

 

Visite d'entreprise : M6

Le 8 décembre 2014, les étudiants du Master D2A ont passé l'après-midi dans les locaux de M6, la 3e chaîne la plus regardée en France.

M6 2009.svg

Après une présentation du groupe M6 par Anaïs Pigot, chargée de recrutement stages-alternances et relations écoles, les étudiants ont suivi un atelier sur la construction d'un CV par l'équipe des ressources humaines.

 

Plusieurs collaborateurs du groupe sont intervenus au cours de notre visite chez M6 :
Arnaud Boucher, directeur de la programmation et des antennes, nous a expliqué son métier et les programmes du groupe.
William Lebugle nous a ensuite présenté les programmes externes de flux du groupe.
L'après-midi s'est terminé par les interventions de Amaury Nogier, responsable des études marketing des programmes de M6, et Julien Smadja, de M6 Web au sujet du business development et de l'acquisition de trafic.

Les étudiants du Master D2A remercient le groupe M6 pour l'invitation et tous les collaborateurs intervenus au cours de cette visite.

 

Radio AirD2A

Depuis 2013, le Master D2A a lancé sa webradio de l'audiovisuel : Air D2A.

Pro AIRD2A

AirD2A est votre rendez-vous incontournable pour connaître toute l’actualité des médias : télé, radio, ciné, web 2.0, et musique. Chroniques, interviews, bonne humeur, débats et invités de marque viendront rythmer votre Web radio de l’audiovisuel.

Pour débuter cette nouvelle saison, nous avons reçu Fabrice Pierrot, rédacteur en chef « d’un soir à la Tour Eiffel » sur France 2, ancien producteur éditorial du « Grand Journal » de Canal + ou encore de « C à vous » sur France 5.
C'est ensuite Yves le Rolland, producteur artistique des Guignols de l’info sur Canal +, qui nous a plongé dans l’univers des plus célèbres marionnettes de France.
Et bien évidemment, la mixette et les micros nous ont suivi de l'autre côté du Rhin pour trois émissions spéciales Berlinale.

Retrouvez toutes ces émissions, celles de l'année dernière et les prochaines sur
http://aird2a.com/

Visite d'entreprise : Canal +

 

Le mercredi 18 février 2015, les étudiants du Master D2A ont eu la chance d’être accueillis à Boulogne-Billancourt pour une journée de visite chez Canal +.

logo-canal-plus-1-96684

La matinée a débuté par un atelier de conseils sur la réalisation de CV, la rédaction de lettres de motivation et la préparation des entretiens. Les étudiants ont pu également bénéficier d’un coaching individuel sur chacun de leurs CV avec Madame Anne Pourtavassoli.

Après le déjeuner, les étudiants ont pu rencontrer les anciens du Master D2A désormais membres des équipes de Canal + et échanger avec eux sur leurs parcours et expériences au sein du groupe.

La journée s’est terminée par une visite des plateaux du groupe, ainsi que des studios régies et de la régie générale.

Les étudiants du Master D2A souhaitent remercier l’ensemble des intervenants pour leur accueil, ainsi que le groupe Canal +.

 

Rentrée solennelle de la promotion 2015

La rentrée solennelle de la promotion 2015 du Master D2A s’est tenue le 14 Janvier 2015. Cette année, les étudiants ont eu l’honneur d’accueillir dans l’amphithéâtre Liard de la Sorbonne Monsieur Nonce Paolini, Président Directeur Général du Groupe TF1 et parrain de cette nouvelle promotion.

 

10922672 10204547008009013 237573109460465391 n

 

La soirée a débuté par la projection du court métrage « Casting(s) » réalisé par les étudiants. Nonce Paolini a ensuite donné le coup d’envoi de cette nouvelle année avec une conférence sur « la transformation du marché de la télévision ». Son discours a notamment abordé plusieurs thèmes comme l’importance pour TF1 d’informer et divertir grâce à la recherche perpétuelle de meilleurs contenus, l’intégration de l’offre digitale, à l’image de la plateforme MYTF1, pour en faire un allié de la télévision linéaire ou encore la gestion de l’entreprise dans un contexte où les recettes publicitaires sont moins lucratives.

La soirée s’est terminée autour d’un cocktail, l’occasion pour les étudiants d’échanger avec les promotions précédentes et les professionnels du secteur de l’audiovisuel.

Découvrez sans plus attendre le court métrage de la promotion 2015, « Casting(s) » https://www.youtube.com/watch?v=elprIHX2pjA

Petit-déjeuner avec Laure Saget

Le mercredi 17 décembre 2014, les étudiants du D2A et l'EMNS ont accueilli le temps d'un petit-déjeuner Laure Saget, directrice Hors Librairie France chez Flammarion.

0c14db6

Diplômée du D2A en 1995 et d'un master en international and business law à l'université de Canterbury, Laure Saget débute sa carrière chez Universal Music aux Business Affairs des labels musicaux.
Elle prend ensuite la tête de la direction juridique de la chaîne 13eme Rue lors de son lancement avant un passage à la direction juridique de MK2. Laure Saget s'aventure ensuite dans la poursuite d'une envie qui lui tient à coeur depuis un moment et suit le Grand Atelier de la Fémis pour se former aux outils du scénariste.
En 2006, elle rejoint les bureaux de Lagardère Active en devenant directrice juridique adjointe au pôle TV et Radios musicales et est alors responsable de toutes les acquisitions.
Après plusieurs années à ce poste, elle choisit le monde de l'édition et le groupe Flammarion. Laure Saget prend alors la tête du pôle audiovisuel et croise ainsi son expérience juridique et sa passion scénaristique.

Aujourd'hui à la tête du service Hors Librairie France des éditions Flammarion, JAI LU, Autrement et Arthaud, le métier de Laure Saget consiste en quelques mots à identifier les livres adaptables au cinéma et à la TV et à les vendre aux producteurs.
Les films adaptés d'oeuvres littéraires sont de plus en plus nombreux et plusieurs enjeux caractérisent cette fonction. Laure Saget nous raconte ainsi avec humour comment les producteurs l'appellent souvent avec une idée très vague et peu originale du type d'oeuvre littéraire qu'ils souhaiteraient adapter. Arriver à gérer l'implication de l'auteur dans l'adaptation de son oeuvre n'est pas toujours aisé non plus.
De même qu'il faut parvenir à ménager le producteur dans l'étape de développement du film, à travers une option sur les droits d'exploitation d'un montant modeste, sans pour autant affaiblir son pouvoir de négociation sur le minimum garanti qui s'avérera bien souvent la seule source de rémunération de l'auteur sur l'adaptation.

Les étudiants du D2A remercient très chaleureusement Laure Saget, qui a su nous transmettre son engouement lors de ce petit-déjeuner passionnant.

 

Petit-déjeuner avec Isabelle Giordano

Le mercredi 10 décembre 2014, c'est Isabelle Giordano que nous avons eu l'honneur de recevoir autour d'un petit-déjeuner.

isabelle-giordano

« Je ne suis pas une élève exemplaire », commence-t-elle par nous expliquer. C'est pourtant à travers son parcours peu ordinaire, par ses multiples expériences professionnelles qu'elle parvient à incarner, notamment en tant que Présidente d'UniFrance Films, l'industrie audiovisuelle française.

Après avoir arpenté les bancs de Sciences Po, elle débute sa carrière par quelques allers-retours entre Canal Plus et le service public. C'est une chance, nous dit-elle, d'avoir pu participer à la naissance de Canal : « C'était une des grandes aventures médiatiques du 20è siècle ». Elle reste 12 ans dans cet univers où « l'on s'amuse à repérer des choses en gestation, où l'on tente, on essaye ». C'est sur le terrain qu'elle apprend, aux côtés de Bernard Pivot (Bouillon de Culture sur Antenne 2), ou de Claude Sérillon.
Si l'étudiante qu'elle était n'avait jamais envisagé la radio, elle s'installe pourtant chez France Inter pendant 20 ans. D'ailleurs, quand on lui demande quelle est, parmi toutes ces formes de médias, celle qui correspond le mieux à notre actualité audiovisuelle et sociale, elle répond sans hésiter la radio : « un média facile, accessible, gratuit, mobile ».

Elle tient aussi depuis 8 ans une chronique cinéma dans l'hebdo Femme Actuelle : cet engagement est un choix, celui de garder un lien avec son métier de journaliste. Elle précise aussi que la presse féminine est une branche très particulière et très codée : « il y a des règles, ce qui veut dire que l'on peut s'amuser à les transgresser. » Elle se rappelle de la formule d'Hervé Chabalier (Agence CAPA) qui définit selon elle le journalisme : « écouter, observer, comprendre ». Il faut témoigner de son temps, nous dit-elle.

Les enjeux d'UniFrance sont à la fois culturels, diplomatiques et économiques. Isabelle Giordano nous explique que ses voyages lui permettent de voir la France à travers les yeux des autres. Notre génération, explique-t-elle, a la chance de baigner dans une culture mondiale. Or, la France est un pays qui a du mal à appréhender les enjeux de la mondialisation, de l'export, tant pour des produits agro-alimentaires que pour la fiction TV. Unifrance s'efforce de renforcer la visibilité des films français à l'étranger, permettant à la France de figurer, juste derrière les Etats Unis, à la deuxième place des pays les plus exportateurs.
Enfin, lorsqu'on en vient aux objectifs d'UniFrance, elle nous explique qu'elle souhaiterait développer les Master Class : « c'est bien d'exporter des films, mais c'est bien aussi d'exporter des idées ». Toucher les jeunes en leur redonnant goût au cinéma français. UniFrance souhaite aussi soutenir la construction de salles dans les pays africains : au Maghreb notamment, où le parc de salles est très pauvre. Elle propose alors à des entreprises comme MK2 ou Wild Bunch d'investir dans la construction de salles de cinéma à l'étranger. Cela permettrait d'exporter plus facilement le cinéma français et de le rendre plus visible, d'autant plus que les salles qui ouvrent aujourd'hui dans ces pays émergents sont des multiplexes, et l'emprise américaine y est très forte.

Nous tenons donc à remercier encore une fois très chaleureusement Isabelle Giordano d'avoir accepté de venir nous parler de son métier et de sa vie.

Regard sur l'actualité et avenir du Cinéma avec Alain Terzian

Le mercredi 10 décembre 2014, les étudiants du D2A ont eu le plaisir d'assister à la conférence Regard sur l'actualité et avenir du Cinéma, organisée par l'EMNS avec l'aimable participation d'Alain Terzian, producteur et président d'Alter Films et de l'Union Française des Producteurs.

Alain-Terzian-photo-10425

Après avoir occupé les bancs de Louis-le-Grand, du Panthéon puis de Sciences Po, Alain Terzian rencontre Claude Lelouch auprès duquel il travaille et fait ses armes pendant 22 ans. De cette collaboration, Alain Terzian retiendra l'enseignement de ce qu'il appelle "le plus juste coût des films", à savoir être capable de réaliser des objets artistiques en accord avec leur budget de production. Fort de plus d'une centaine de films produits, Alain Terzian estime que le métier de producteur est moins un métier à risques aujourd'hui qu'à l'époque à laquelle il s'est lancé, lorsque des producteurs se ruinaient véritablement pour produire des long-métrages (La Grande Vadrouille).

Lorsqu'on l'interroge sur la menace que constituent les géants de l'Internet pour l'industrie cinématographique française, Alain Terzian concède qu'il s'agit du grand débat actuellement. Il invite cependant à relativiser la nécessité de remettre en cause le modèle du cinéma français appuyé sur le CNC qui est selon lui très porteur de croissance.  Il considère que ce modèle est gagnant et qu'il n'est nul besoin de le démonter pour "faire moderne" et se plier à la chronologie des médias alternative que brandissent les fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon).

Les étudiants du D2A retiendront de cette rencontre enrichissante que la production est avant tout une affaire de rencontres et d'affinités et qu'il est important de s'investir dans la défense du modèle français pour le voir perdurer. Nous tenons donc à remercier très chaleureusement Alain Terzian d'avoir accepté de venir nous parler de son métier et de sa vie.

Conférence sur l'économie numérique et les droits fondamentaux avec Laurent Cytermann

Le jeudi 4 décembre, les étudiants du Master D2A ont assisté à la conférence de Laurent Cytermann, Rapporteur général adjoint au Conseil d'Etat, organisée par l'EMNS et le M2DC2EN, sur le thème "L'économie numérique et les droits fondamentaux".

Laurent Cytermann a construit sa conférence autour de trois thèmes : les droits des internautes sur leurs données personnelles, la neutralité du Net et le statut des plateformes.

Tout d'abord, le droit de propriété des données personnelles accordé à l'individu n'est pas souhaitable selon le rapport du Conseil d'Etat. En effet, ce droit serait illusoire et diminuerait la liberté d'autodétermination de l'individu et la capacité de l'Etat à protéger ce même individu. En revanche, selon Laurent Cytermann l'autodétermination informationnelle doit être un objectif à mettre en oeuvre.
Ensuite, la neutralité du Net pose des problèmes techniques, économiques et juridiques. Le débat autour de cette question porte sur l'opportunité d'inscrire la neutralité du Net dans le droit positif d'une part, et son aménagement d'autre part.
Enfin, le Conseil d'Etat définit les plateformes comme les acteurs qui proposent des services de classement ou de référencement de biens, services ou contenus en ligne. Les plateformes en ligne se trouvent au confluent de nombreux enjeux, comme la protection des données personnelles ou encore la fiscalité.

Le Master D2A remercie vivement Laurent Cytermann pour cette conférence éclairante sur les questions d'économie numérique et des droits fondamentaux.

Petit-déjeuner avec Rémi Tereszkiewicz

Le mercredi 5 novembre 2014, les formations initiale et continue du Master D2A ont eu la chance d’accueillir pour un petit déjeuner, Rémi Tereszkiewicz, directeur de LED, Lagardère Entertainment Digital.

 

Rémi

Créée cette année par Lagardère Entertainment, premier groupe français de production audiovisuelle et filiale de Lagardère Active, LED est une direction à la convergence des mondes de la télévision et des nouveaux médias, ayant pour objectif de mettre en place la stratégie numérique du groupe.

Fort de son expertise en matière d’offres OTT (over-the-top) et de nouveaux usages en télévision, Rémi Tereszkiewicz nous a expliqué ses missions au sein de LED, à savoir principalement «l'enrichissement des programmes» et leur «déclinaison multi-écrans».

Après une transition numérique qui a fait passer le secteur de l’audiovisuel d’un marketing de l’offre à un marketing de la demande, le Directeur de LED a insisté sur la nécessité de mettre en place une stratégie d’industrialisation numérique du métier de producteur.

Les possibilités techniques sont aujourd’hui quasiment infinies, il n’y a plus d’obstacles technologiques, il est donc important pour Lagardère Entertainment Digital de mettre en place une offre de contenus adaptée au numérique aussi bien pour le flux que pour la fiction.

Rémi Tereszkiewicz a également présenté Lagardère Active ce qui nous a permis de nous rendre compte de l’activité très diversifiée du groupe. Outre la production audiovisuelle et la télévision, Lagardère Active est également le premier groupe français de presse magazine et le premier groupe média en audience sur internet et le mobile. Enfin Lagardère Active est également un acteur du secteur de la radio et de la publicité via sa régie publicitaire, Lagardère Publicité, la troisième de France.

Nous remercions vivement Rémi Tereszkiewicz d’avoir pris le temps d’échanger avec nous et d’avoir répondu à nos questions pour ce petit-déjeuner du D2A.