Rencontre avec Laurence Clerc, fondatrice d'Alcatraz Films

Pour cette sixième rencontre de l'année, le mercredi 14 décembre, nous avons eu le plaisir de recevoir Madame Laurence Clerc.

Alcatraz Films

Laurence Clerc, fondatrice d'Alcatraz films nous a évoqué avec spontanéité et humour son parcours et les raisons l'ayant entrainé vers la production. Passée par l'étude du droit public à l'Université Panthéon-Assas puis des questions de service public sur les bancs de Science Po, elle quitte finalement la France en 1986 pour suivre son père parti vivre à Taiwan, où elle travaille dans un restaurant. C'est à cette occasion qu'elle se passionne pour le cinéma, son seul moyen de communication avec les locaux, par le visionnage notamment de classiques du cinéma français tels que la Grande Vadrouille. Suite à cette expérience elle décide d'élargir ses horizons par un diplôme de l'Université de Columbia à New-York. Elle commence sa carrière dans la production en suivant alors un ami, Olivier Gramet (ancien contrôleur de Gestion chez Canal +, puis dirigeant de la branche du groupe à Los Angeles) dans une nouvelle aventure: celle de Rigolo Films, en collaboration avec Dominique Faruggia. Equilibrée entre le sens des affaires d'Olivier Gramet et les affinités artistiques de Dominique Faruggia la société connait de nombreux succès comme la production du premier film de Michel Hazanavicius, la production d'un court métrage de Nakache et Toledano mais aussi le lancement d'un futur talent: Frank Dubosc.

Quand l'aventure de Rigolo films prend fin quelques années plus tard, elle intègre alors Fidélité. C'est à cette occasion qu'elle se recentre véritablement sur le cinéma. La société va connaitre un vrai succès pendant une quinzaine d'années, elle va, à titre d'exemple, permettre le lancement de la carrière de François Ozon. Madame Clerc dépasse alors le cadre de ses fonctions et va finir par mener la production globale de certains films. Le premier film qu'elle va être amenée à traiter est une oeuvre de Gaspar Noé, le long métrage subversif "Enter the Void". Madame Clerc nous a ainsi évoqué l'enrichissante mais parfois difficile collaboration avec le réalisateur qui aura tout de même permis la sortie du film et le succès qu'on lui connait.

Par la suite elle rencontre son futur associé, l'idée de monter son entreprise de production fait alors son chemin. Elle décide de créer Alcatraz films, société qu'elle dirige encore aujourd'hui et qui a notamment produit "La Vie d'Adele" d'Abdellatif Kechiche. Au détour des questions posées par les étudiants, Madame Clerc nous a évoqué sans détour les difficultés des débuts mais aussi la place du hasard, des affinités, des contacts dans la sélection des projets et leur développement dans le temps, notamment au regard de l'inflation récente des coûts. Elle a également parlé de son quotidien en tant productrice qu'elle a présenté comme.. indescriptible, sans véritable routine. Un quotidien qui se compose de tâches administratives mais aussi d'une multitude de rencontres avec des personnalités d'horizons divers et variés, ce qui rend cette profession passionnante. Elle a en outre évoqué les projets internationaux d'Alcatraz (comme High life) ainsi que son désir de continuer à produire des auteurs forts.

Pour conclure son propos, Madame Clerc a répondu à une question récurrente : en quoi consiste concrètement le métier de producteur? Selon elle la réponse est simple, il s'agit de « faire le pont entre le rêve du réalisateur et la possibilité d'en faire un film ».

 

Nous remercions chaleureusement Madame Clerc d'avoir pris le temps de nous décrire son métier avec tant d'enthousiasme !